Page d'accueil du site
ACCUEIL AVENTURES RUBRIQUES RECHERCHES LEXIQUE NOUS CONTACTER
Accueil -> Rubriques -> Routes polaires -> Les premiers raids motorisés des Expéditions Polaires Françaises

Les raids polaires des Expéditions Polaires Françaises

Les premières expéditions motorisées françaises
au Groenland
et en Islande


Volontairement nous aborderons principalement la partie transport des expéditions car la narration de celles-ci exigerait d'importants paragraphes.

Le transport terrestre a été exécuté par des véhicules M 29 C " Weasels ". De 7 à 18 véhicules ont été utilisés suivant les campagnes. Utilisés sur les rochers seuls ou tractant des remorques à roues (jeep), sur la glace et la neige tirant des traîneaux et cabines laboratoire. Les déplacements s'effectuent au minimum à deux véhicules (par sécurité).
Le kilométrage parcouru pour l'ensemble des véhicules au court de ces campagnes dépasse 80.000 km. La consommation est d'environ 1.4 l/km avec une vitesse moyenne égale ou inférieur à 5 km/h. Ces premiers raids ont permis d'adapter et modifier certains points faibles de ces véhicules.

Il faut citer en particulier, les chenilles " Ambulliter " de 20'' de large et comprenant 55 palettes, les ressorts de suspensions et leurs fixations sur le châssis, la suppression des systèmes de navigabilité (gouvernails et leurs commandes, les carénages), transformation du caisson avant et adjonction de deux réservoirs de 100 litres chacun. Pose de deux batteries 6 volts 120 A/H dans des bacs de batteries de 150A/h et ce pour éviter la détérioration des plaques dût aux différences de températures.

Puis la pose d'une carrosserie en plastique stratifié améliorant considérablement le confort et l'aménagement et surtout l'étanchéité ainsi qu'un réchauffeur " Schneebeli-Chabaud " de 3.200 calories/heures.

Le parc des Expéditions Polaires Françaises se composait de :

- 57 Weasels, M 29 C dans la majorité (quelques M 29 utilisés principalement comme véhicule de chantier)
- 2 Sno-Catt
- 5 Hb 40 Castor

 
Expéditions françaises de 1934 à 1968 :

1934-35 P. E. Victor, Gessain, Perrez, Matter 1936-37 P. E. Victor
1936 Gessain, Knuth, Perez, Victor
1948-52 Expéditions Polaires Françaises

1952-53 E. P. F. et US Transarctic group
1957 Expédition centre Groenland
1957-68 Expédition Glaciologique Internationale au Groenland
Lieu de parachutage
C1: Camp I - C2: Camp II SC: Station centrale - BAT: Base aérienne américaine de Thulé


1948 :

L'expédition de 1948 fut une Campagne préparatoire qui fut riche d'enseignements dans de nombreux domaines et en particulier dans celui du transport. Les 110 tonnes de matériel débarqués du " Force " mirent hommes et matériel à dure épreuve. Cinq Weasels composaient le parc de l'expédition plus deux de réserve.

Malheureusement un des véhicules de réserve coula lors du débarquement et ne put être renfloué. La topographie du site obligea l'utilisation d'un téléphérique, heureusement prévu par Michel Perrez pour vaincre un passage particulièrement difficile et dangereux à 8 km du camp I.

Une falaise de 110 m de dénivellation que les véhicules durent, allégés au maximum, contourner pour atteindre l'Inlandsis. Mais les difficultés n'étaient pas terminées et la poursuite du cheminement fût dure et laborieuse.

Enfin le 25 juillet, 46 jours après le débarquement, les membres de l'Expédition, qui avaient travaillé quatorze heures par jour en moyenne purent enfin prendre une journée de repos.

Une reconnaissance appuyée de deux Weasels progressa difficilement dans un dédale chaotique de crevasses, de bédières, de glace fondante, tantôt dans le brouillard, sous la pluie, sans aucune visibilité. Il fût décidé de stopper la progression et de stocker le matériel pour l'année suivante.

Il faut malgré tout souligner que parallèlement à cette activité, les travaux scientifiques furent menées à bien. Le 22 septembre toute l'équipe embarquait sur le " Brandall " qui arriva le 13 octobre à Rouen. La première modification qui en découla fût le recrutement d'une équipe technique qualifiée plus importante.
 


M29C en difficulté - Paul Emile Victor écope - Les deux gouvernails sont levés.

Voir l'article de Paul-Emile Victor publié en 1948 >>>


Campement provisoire
 
Téléphérique mise en place par Michel Perrez
 
Installation d'une station météo. automatique

Forage glaciologique

1949 :

Le but de cette campagne est l'édification de la base " Station Centrale " où vont hiverner 8 hommes. Fort de l'expérience passée l'expédition embarque à Rouen sur le " Fejellberg " un mois plus tôt, le 13 avril 1949. Le 27 mai le bateau arrive dans la baie De Quervain. Aussitôt quinze hommes rouvrent les Camps I et III. Les véhicules aussitôt sollicités se mettent en marche malgré un stockage de 8 mois sous des températures descendant à -40°. Puis débute l'acheminement du matériel. Il n'y a pas de temps à perdre car la fonte commence son oeuvre et risque de compromettre toute la mission. Un incessant va et vient début pour acheminer tout le matériel au delà de la zone d'ablation et rendue impraticable par le dégel. Deux groupes sont formés.

Le premier fonce sur le point où " Station Centrale " et y débuter les travaux d'implantations sans oublier les travaux scientifiques. Le second groupe est chargé d'acheminer le matériel et d'effectuer les recherches scientifiques. Un va et vient là encore se met en place quelques fois sans interruption et allant jusqu'à vingt huit heures de travail acharné, le dernier atteignant soixante et une heures !

Mais commence aussi le début des pannes et principalement sur les chenilles. Trop sollicitées l'année précédente c'est six chenilles qui cassent après 110 km puis 70 km plus loin, le 5 juillet c'est encore huit nouvelles pannes de chenilles. Les réparations demandent d'énormes efforts et prennent beaucoup de temps. C'est un véritable travaille de " petites mains " qu'accomplissent les mécaniciens, par -25° mains nues. Devant cette situation un parachutage prématuré est enclenché. (Lire: 1er parachutage au Groenland)

Le 13 juillet le convoi reçoit vivres, carburant et surtout des chenilles. Le convoi repart le 15 et arrive au point de " Station Centrale " le 16 juillet. Celle-ci est implanté par 70°54 N et 40°42 W. Rappelons que la la Station d'Alfred Wegener " Eismitte " 1930.1931 (voir article Wegener) est à 70°53'8 et 40°42'1W. Enfouie dans le névé, la station mesure 5m x 8m et 2m de hauteur. Le 14 août 1949 la station est terminée, les travaux de recherches accomplis. Les huit hommes sont "abandonner". Citons et saluons ces hommes qui sont les premiers français à hiverner sur le glacier du Groenland, enfouie dans la neige, durant l'hiver boréal, avec des températures qui descendront à -66°, et ce durant 11 mois.


L'hivernage se déroula dans conditions particulièrement difficiles :

- Enneigement journalier des ouvertures   - Défaillance des groupes électrogènes
- Températures extérieure très bases - 66° et blizzard   - Dysfonctionnement des appareils de mesure et de radio
- Ventilation des locaux difficile   - Monotonie des rations alimentaires
- Vie à 3000 m d'altitude   Durant l'hivernage les véhicules furent très peu utilisés
 

Weasel M 29 C - La tempête lui a sculpté des dentelles de glaces.
Photo JJ Languepin -
 

Passage d'une rivère sur l'Ice Cap -1949 - Photo Bougouin
 

Weasel M29C en direction
de la Station Centrale.
Remarquez la faible pression au sol (140 gr/cm²)
Photo E.P.F. - 1949


Collection G. Gadioux ©

Les hivernants :

Chef d'hivernage : Robert Guillard    
Adjoint et Chef Météo : Michel Bouché   Météo : Pierre Chavy et René Garcia
Radio : Lucien Bertrand   Mécanicien : Camille Marinier
Médecin-chirurgien : Dr Marcel Carles   Physicien : Gérald Taylor


 
Station Centrale




Hivernage 1950-51

Plan d'ensemble sous la surface
       
1 Salle commune - habitation
2 Laboratoire de météorologie
3 Cabine de météorologie physique atmosphérique
4 Soute à radio sondes
5 matériel radio
6 Soute à hydrogène
7 Cabine de radiotélégraphie
8 Soute à matériel radio
9 Soute à batteries d'accumulateurs
10 Ancien abri des moteurs
11 Soutes à carburant
12 Alvéoles à vivre
13 Laboratoire annexe de glaciologie-météorologie
14 Lab. de glaciologie
15 Puits de glaciologie
16 Sortie - air de lancement radio sonde
17 Ancienne sortie
18 sortie S.-O.
19 soutes d'intendance et de médecin
20 Ancien laboratoire de photographie
21 Couchettes superposées
22 Cabinet de toilette
23 Couloir à ordures et W-C
24 Couchettes supplémentaires
25 Soute à neige
26 Puits d'éclairage
27 Salle des machines
28 ancien trou à ordures



---- Transformations apportées 
A lire : Station Centrale de Michel BOUCHE chez Grasset 1952

1950 :

Le nombre de participants passe de 35 à 42 pour cette nouvelle campagne qui embarque à Rouen le 13 avril 1950 sur le navire norvégien le " Hillevaag ".

Suite à une rupture d'hélice, l'expédition fût transbordée sur le " Force " après une escale de 20 jour dans le fjord d'Ivgtut. Dès le 28 mai, malgré la présence de glace dans la baie de Quervain les travaux reprennent. Les différents camps sont ouvert.
Le débarquement est effectif le 6 juin. La même stratégie est employée, deux groupes sont constitués. Le groupe A spécifiquement scientifique et le groupe B groupe de transport. Le groupe A débute ses travaux le 8 juin. Le 20 il se dirige vers " Station Centrale " qu'il atteint le 1er juillet. Les travaux scientifiques et de logistiques ne connurent peu ou pas d'entraves au bout déroulement ce qui permis de poursuivre vers la côte Est. A signaler qu'une partie de l'équipe d'hivernants de 1949 est évacuée par cet axe.

Depuis Cécilia Nunatack les hommes sous la direction de Robert Guillard vont marcher durant trois longues journées dans une zone montagneuse et rocailleuse. La marche est épuisante sur un itinéraire inconnue dans la pluie, le brouillard et le froid. Ils atteignent le fjord de Rôhss le 4 août. Un bateau les attends et les achemine jusqu'à Ell Ô. Là un hydravion islandais les transporte jusqu'en Islande. La campagne se déroule sans soucis majeur. Le retour sur Camp I pose des problèmes dû à la fonte et son cortège de conséquences.

Enfin après une importante et salvatrice chute de neige, l'ensemble des hommes et du matériel sont regroupés le 2 octobre au camp I après un parcours pénible et périlleux. Le 6 octobre le " Polarbjörn " évacue la mission vers la France qu'il atteint le 24 octobre.
A la " Station Centrale " neuf homme débutent leur hivernage.

Les hivernants :

Paul Voguet - Chef d'hivernage
Dr Robert Gressard - Chef assistant Médecin Chirurgien.
Bernard Bedel - Chef Météo.
Pierre Dill - Météo.
Bernard Gaillard - Assistant météo.
  Bernard Isabelle - Assistant météo.
Jean Dumont - Électricien et glaciologue.
François Daumas - Chef Radio.
Robert Lassus - Radio


1951 :

Cette campagne a pour objectif, la poursuite et l'intensification des mesures scientifiques et le rapatriement des 9 hivernants.

Le départ de Rouen à bord du " Skallabjôrn " se déroule le 22 avril 1951. Comme à la coutumée, des mesures scientifiques sont effectuées tout au long du trajet et en particulier les mesures gravimétriques. Le bateau arrive à Port Victor le 25 mai.
Rapidement les 13 weasels sont déstockés et l'ensemble des 22 participants quitte Camp I et atteint Camp VI le 3 juin. Ce camp rappelons le se situe après la zone de fonte, des bédières et autres crevasses. Après un ravitaillement aérien, quatre groupes sont constitués. Une fois encore du Nord au Sud, de l'Ouest à l'Est les groupes vont parcourir de nombreux kilomètres et assurer le programme. Un groupe de séismiques ira jusqu'à 930km au Sud de Camp VI. Ce même groupe se dirige vers l'Est et remonte en direction du Mt Forel. Après plus de 900 km, le 4 août 1951 le véhicule de tête conduit par Alain Joset, chef de groupe de la section séismique avec à ses cotés, Jens Jarl représentant du Gouvernement Danois, passe sur une crevasse invisible, le pont de neige cède. Le véhicule et ses deux occupants font une chute mortel de plus de 40 mètres ( voir l'article du site du centre PEV ).

Malgré ce dramatique événement la mission se poursuit. Les travaux scientifiques se poursuivent sur tout les axes . Le point faible des véhicules est les chenilles. Un véhicule doit être mis sur un traîneau faute de chenilles de rechange et en attendant les parachutages.

Sur la côte Est le cheminement est particulièrement difficile. Le véhicule de tête défonce à six reprises des ponts de neige, mais a pu à chaque fois être sorti sans dommage. Le 23 août " Station Centrale " est évacuée et fermée en état au cas ou elle devrait être utilisée. Sur la route du retour vers Camp I nombreux incidents dû comme toujours à la fonte. Le 26 septembre le " Polar Star " appareille avec à son bord l'ensemble de l'expédition.


Travaux en Islande de 1950. 1951.1955 :

Il faut signaler que plusieurs missions motorisées se sont déroulées en Islande.
Misions de Géologie, Gravimétrie, Sondages Séismiques auxquelles participèrent quatre membres de E P F et six Islandais. Deux Weasels ont permis malgré un terrain très difficile d'accomplir les divers programmes.

En 1952, Paul-Emile Victor, passe un accord avec les Forces Militaires Américaines installées à Thulé pour effectuer à partir de leur base un raid de traversée de l'extrême nord du Groenland. La mission est confiée à Robert Guillard qui va effectuer avec son équipe un raid d'environ 2000 km.
De Thulé à la Terre de Peary. Les véhicules et toute la logistique sont fournis par les USA.

A lire absolument: au-delà de THULE de Robert POMMIER chez Amiot. Dumont 1953

Les différents convois sont supportés par une présence aérienne et bénéficient de ravitaillements par largages aériens de matériels et d'essence.

Le savoir-faire logistique français va permettre aux scientifiques d'avancer sur la connaissance de la masse de l'inlandsis groenlandais et l'approfondissement des mesures glaciologiques.


E.G.I.G - Expédition Glaciologique Internationale au Groenland :

A partir de 1959 et jusqu'en 1974, un partenariat avec l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark et la Suisse va permettre la poursuite des premières études, la France assurant les moyens logistiques.

Jusqu'à 13 Weasels MC 29 C et 5 HB 40 Castors sont utilisés tractant 8 caravanes , 13 traîneaux et 1 chambre frigorifique. Le support aérien assuré par deux Nord 2501 de l'armée de l'Air Françaises et deux hélicoptères Alouette II. Au court de ces différents raids Peu de pannes importantes. Les diverses modifications portent leurs fruits. Les chenilles ne cassent plus, seuls quelques rivets, fragilisés par les températures négatives cassent. Quelques ennuis au niveau des barbotins et des poulies de tensions.

La neige pulvérisée pénètre sous les bandes de caoutchouc vulcanisées sur ces pièces et se transforme en glace. Ce phénomène décolle les bandes et oblige le remplacement de ces pièces mobiles. Des échanges de moteurs ont été nécessaire pour la plus part suite à un défaut de conduite plus que par défaillance mécanique. Un autre critère non négligeable est le manque de pièces détachées obligeant le service techniques à utiliser des organes et pièces maîtresse à la limite de la résistance.

Deux Weasels M 29 C progressent sur la zone marginale pour atteindre l'Inlandsis. Une caravane " Rivastela " monté sur un traîneau standard est retenu par un M 29 à l'arrière car le cheminement s'effectue sur de la glace vive. Afin d'éviter cette zone dangereuse qui plus est amputait la mission de jours précieux, la mise en place c'est effectuée par avion C 130.   Déchargement d'une caravane d'un C 130 Hercules de USARF Stratégique Air Command sur l'Inlandsis à DYE II (Dye II un des nombreux radars implantés au Groenland au moment de la guerre froide ).
Photo J. Masson        

Voir les moyens techniques employés et les conditions d'utilisation



Les raids polaires des Expéditions polaires Françaises   Manuel d'opérations E.G.I.G. 1967-1968
Le choix de Paul-Emile Victor : Le weasel M 29C   Moyens techniques
Les préparatifs ( article de Paul-Emile Victor )   Le weasel
Les premiers raids motorisés au Groenland   Le Hotchkiss HB 40
Les premiers raids motorisés en Antarctique   Les caravanes et les traîneaux
Largage aéroporté    
L'arrivée du "Castor"   Remerciements

Retour aux routes polaires Haut de la page
ACCUEIL AVENTURES RUBRIQUES RECHERCHES LEXIQUE NOUS CONTACTER
TRANSPOL'AIR © 2012 - Tous droits réservés    •    Qui sommes-nous ?
Hit-Parade