Page d'accueil du site
ACCUEIL AVENTURES RUBRIQUES RECHERCHES LEXIQUE NOUS CONTACTER
Accueil -> Rubriques -> Explorateurs et aventuriers -> Otto NORDENSKJÖLD (1869 - 1928)

OTTO NORDENSKJ÷LD

L'expédition en Terre de Feu


Bref historique de la Terre de Feu

En 1520, Magellan découvre le détroit qui porte son nom et la Terre de Feu, ainsi baptisée en raison des nombreux feux qui y étaient allumés. La colonisation de l'archipel ne débute qu'au XIXème siècle lorsque Chiliens et Argentins y créent des ports pour bénéficier du passage des navires allant de l'Atlantique au Pacifique ; espoirs de développement anéantis par l'ouverture du canal de Panama. La fièvre de l'or attire les aventuriers, puis les colons qui viennent s'y établirent pour élever des moutons.

Géographie de la Terre de Feu

La Terre de feu est un archipel situé à l'extrémité Sud de l'Amérique du Sud, entre 52° et 56° S. Séparée du continent par le détroit de Magellan, elle couvre une superficie de 71.500 km² et se compose d'une grande île (appelée Terre de Feu ou Grande Ile) et d'une vingtaine de petites îles. La Terre de Feu appartient à la fois à l'Argentine (région orientale) et au Chili (territoire des Magellanes dans la partie occidentale). Elle propose deux types de paysages très différents : d'un côté d'immenses plaines, et de l'autre des massifs montagneux pleins de fjords.
Sa capitale, Ushuaia, est la capitale la plus australe du monde.

L'EXPEDITION EN TERRE DE FEU (1895 - 1896)

La mission de l'expédition

Le besoin de reconnaître les régions de Terre de Feu et de Patagonie, jusqu'alors inconnues, émane du Chili et de l'Argentine, lorsque surviennent des difficultés dans la détermination de leur frontière. Si en Argentine, le docteur Moreno et ses collaborateurs du Musée de la Plata ont relevé toute la partie de la Cordillère des Andes qui sépare les deux pays, une exploration scientifique de la Terre de Feu et de la Patagonie est nécessaire. C'est là qu'intervient Otto Nordenskjöld.
A peine a-t-il soumis son projet en Suède, qu'il reçoit les promesses de subventions de l'Université d'Uppsala, de la Société de Géographie de Stockholm et de donateurs privés, dont le baron Oscard Dickson, mécène de toutes les expéditions arctiques suédoises depuis plus de 30 ans. Otto Nordenskjöld prépare son expédition et donne rendez-vous à ses collaborateurs à Buenos Aires, en Argentine.
 
Le docteur Nordenskold et ses compagnons de voyages

Le déroulement de l'expédition

(Voir la carte >>>)

Otto Nordenskjöld est accompagné dans cette expédition par le botaniste P. Dusen, le zoologiste M. Axel Ohlin, le préparateur en zoologie M. Åkermann, et M. Backhausen, ancien attaché à la commission de délimitation de la Patagonie méridionale.

A bord d'une canonnière, les compagnons quittent l'Argentine le 21 novembre 1895, pour un voyage de 15 jours qui les conduit en Terre de Feu, à El Páramo, à l'entrée de la baie de San Sebastian. Là une caravane s'organise, constituée d'un guide, de 13 mules et de 5 chevaux destinés à porter le lourd équipement en tentes et en approvisionnements. L'expédition se met en route le 11 décembre et débute dans le Nord, sur les bords de la baie de Gente, puis à Springhill où les explorateurs découvrent et étudient des squelettes d'Indiens.

De retour à El Páramo, les explorateurs se séparent en deux groupes : Ohlin y demeure afin d'entreprendre des excursions zoologiques en mer ; Nordenskjöld et Dusen se dirigent vers la mission située à l'embouchure du Rio Grande, pour y recueillir des collections botaniques.
Le 9 janvier 1896, les deux compagnons rejoignent la baie de San Sebastian et s'acheminent vers le Sud en traversant le Rio Carmen Sylva, un important cours d'eau de la Terre de Feu, avant d'arriver à la mission de Rio Grande, où au milieu du désert, les Salésiens ont recueilli de jeunes Indiens. Le 18 janvier, laissant Dusen à Rio Grande pour y poursuivre ses études botaniques, Otto Nordenskjöld reprend sa progression vers l'intérieur de la Terre de Feu.
Au-delà de Rio Grande, c'est le désert et l'inconnu. Une caravane de 5 hommes, de plusieurs mules, chevaux et chiens, chargée de 220 jours de vivres, progresse au Sud de Rio Grande, là où commence l'épaisse forêt dans laquelle les explorateurs se frayent un chemin vers la Cordillère des Andes. Ils atteignent le lac Fagnano, récemment découvert et encore jamais visité par un naturaliste.

Ils suivent la route du Rio Candelaria, ainsi nommé par Nordenskjöld en l'honneur de la Sainte à laquelle est consacrée la mission. Les vallées encaissées, telles de mini canyons rendent difficile la progression. Les étapes ne dépassent pas 7 à 8 heures par jour, et la marche dure plusieurs jours, de plus en plus difficile à l'approche des montagnes quand les bêtes s'enlisent dans les marais. Otto Nordenskjöld découvre une route directe menant de Rio Grande au lac Fagnano et détermine la position du lac Soulier. Les compagnons arrêtent alors leur progression vers l'Ouest et rebroussent chemin vers l'Est.
Le 31 janvier 1896, ils arrivent à Rio Grande et le 8 février à El Páramo. Otto Nordenskjöld s'embarque alors à bord du vapeur El Condor pour Punta-Arenas. De là, il se propose d'atteindre le lac Fagnano par le canal de l'Amirauté afin de poursuivre les recherches entamées sur le versant Est de la Cordillère des Andes.
Le 25 février, les compagnons débarquent à l'embouchure de l'Azopardo, qu'ils remontent, pendant 3 jours, au prix de grandes difficultés, en tirant leurs traîneaux chargés d'instruments et de vivres, se heurtant à une végétation quasi impénétrable, à des obstacles flottant, à des cascades qui les obligent à poursuivre à pied vers la Cordillère comprise entre le Fagnano et le canal du Beagle, une région absolument inconnue.

C'est pendant ce parcours qu'est découvert le massif de Darwin, le massif le plus élevé de la Terre de Feu. Le 10 mars, la mission suédoise rallie le Condor et deux jours après, Punta-Arenas.


Hêtre antarctique
  Nordenskjöld visite les bords de la baie de l'Ultima Esperanza où il découvre dans une grotte, des morceaux de peaux et une touffe de poils, qui, une fois analysés en Suède, révèlent l'existence d'un tardigrade gigantesque.
Il explore ensuite la côte Ouest de la Terre de Feu. Accompagné de Dusen et Akermann (Ohlin et Backhausen ayant abandonnés la partie), il arrive le 4 mai 1896 à Ushuaia, la ville la plus méridionale du monde. Il y reste jusqu'à mi-juin, date de son retour à Punta-Arenas qui marque la fin de son expédition en Terre de Feu, et le début de celle effectuée en Patagonie.

Salésiens

Les Salésiens sont une congrégation de religieux et de religieuses fondée à Turin par Saint Jean Bosco, en 1859 pour la première et en 1872 pour la seconde. Sa vocation est de donner une éducation à la jeunesse, principalement par un enseignement professionnel.
En Terre de Feu, ils débutèrent leur apostolat en 1888 par la fondation d'une école à Port-Harris, dans l'île Dawson (détroit de Magellan) appartenant au Chili. En 1894, ils étendirent leur action à Rio Grande sur le territoire argentin, en créant un ouvroir et une école. Les jeunes filles et les enfants y apprenaient l'espagnol et y recevaient une éducation primaire, les hommes y apprenaient différents métiers (berger, bûcheron, briquetier, scieur, menuisier).
 
Fanfare fuégienne de la mission salésienne de Dawson

Otto Nordenskjöld à Ushuaia

Lorsque Nordenskjöld arrive à Ushuaia, hormis la maison du Gouvernement et l'habitation du Gouverneur, il ne découvre que des habitations en bois, recouvertes de feuilles de zinc. Une école désertée par l'instituteur pour manque d'effectif est transformée en hôtel. La population d'Ushuaia est composée de membres du gouvernement et de commerçants. Ces commerçants, après avoir fait de bonnes affaires pendant la fièvre de l'or, possèdent un café billard où se vendent des spiritueux et où se regroupe le soir la population. Le grand évènement dans leur vie est l'arrivée du paquebot, qui tous les mois, apporte de Buenos Aires approvisionnements et nouvelles du monde extérieur. D'Ushuaia, le Gouverneur administre et surveille tout le territoire argentin de la Terre de Feu.

Otto Nordenskjöld à la découverte des peuples de la Terre de Feu

Au cours de son expédition, Nordenskjöld étudie les indigènes de la Terre de Feu qu'il sépare en deux groupes : les Yaghans et Alakaloufs d'un côté, et les Onas de l'autre.

Les Yaghans et les Alakaloufs - appelés également Indiens des Canaux - se trouvent principalement dans le Sud de l'archipel. Vivant des produits de la mer, ils sont toujours établis près des fjords. Il n'existe presque plus de Yaghans. Au nombre de 3.000 en 1870, ils n'étaient plus que 949 en 1884 et 300 en 1895. Leur disparition est principalement due au fait qu'ils contractent les maladies des Blancs, comme la pneumonie ou la rougeole. Ainsi en 1884, à Ushuaia, une épidémie de rougeole enleva la moitié de la population. Il n'existe quasiment plus de Yaghans demeurés à l'état primitif. Ayant acquis un certain degré de civilisation, ils ont remplacé les huttes par des maisonnettes en bois et les canots en écorce par des pirogues en bois. Leur grande distraction est le billard.

Les Onas se rencontrent dans les pampas ou dans les forêts. Leur étude est rendue difficile par leur vie errante et leur peu de sociabilité. Nordenskjöld demeura longtemps sans pouvoir les approcher. Essentiellement nomades, les Onas forment plusieurs tribus, parfois ennemies, et vivent par groupes de quelques familles, se réunissant très rarement. Ils représentent le peuple le plus grand d'Europe (taille moyenne de 1.75 m). Vivant de la chasse et se déplaçant sans cesse, ils logent dans des abris de broussailles et de peaux tendues.

 
Femme Ona
Dessin de J. Lavée

Peu vêtus malgré des températures pouvant parfois descendre jusqu'à - 15° (ils ne sont couverts que d'une sorte de manteau en peau de guanaco ou de renard), leurs enfants sont eux toujours complètement nus. Les parures des femmes se composent d'os d'oiseaux ou de coquilles. Leur mobilier ne comporte aucune poterie, uniquement des ustensiles en jonc tressé. Ils allument le feu au silex et ne possèdent comme armes que des arcs et des flèches. Ils se nourrissent de chair de guanacos, de renards, de poissons cachés sous les pierres, de racines, de tiges et de graines concassées dont ils font des galettes.


Hutte et pirogue d'indiens
  Ces tribus pourchassées et tuées dès les expéditions parties d'Argentine en 1886 pour prospecter la Terre de Feu, le furent ensuite par les aventuriers attirés par l'or, puis par les colons venus y faire l'élevage de moutons. Cette colonisation qui s'étendit en 1893 à la Bahia Inutil refoula les tribus qui se réfugièrent dans les montagnes et les forêts et devinrent pillardes pour survivre.

Les découvertes de Nordenskjöld en géologie glaciaire

Les études effectuées par Nordenskjöld lors de son séjour en terre de Feu, furent riches en découvertes sur la géologie glaciaires. Elles révélèrent que le phénomène de glaciation, qui pendant l'ère quaternaire avait enseveli l'Europe sous une épaisse couche de glace, s'était étendu à la région de la Terre de Feu. En reconstituant les phases de cette glaciation par des relevés géologiques, les recherches climatiques de Nordenskjöld aboutirent à des résultats prouvant que les variations de climat affectant l'hémisphère Nord se sont produites presque en même temps dans l'hémisphère Sud.


D'aprés le récit d'Otto Nordenskjoeld - Traduit par Charles Rabot
Revue le Tour du Monde - Janvier 1902



OTTO NORDENSKJ÷LD (1869 - 1928)
   
L'expédition en Terre de Feu (1895 - 1896) L'expédition suédoise en Antarctique


Voir un autre explorateur Philatélie polaire Haut de la page
ACCUEIL AVENTURES RUBRIQUES RECHERCHES LEXIQUE NOUS CONTACTER
TRANSPOL'AIR © 2012 - Tous droits réservés    •    Qui sommes-nous ?
Hit-Parade